LE CHANTIER

Normand Rajotte

Éditeur : Éditions Lot #126 

Design graphique: Dominique Mousseau

Achever d’imprimer en juillet 2017 par Quadriscan à Montréal (Québec)

Reliure : La Fille du Relieur

Dimension : L 23,7cm, H 22,8cm, 1,3cm

1ère édition de 15 exemplaires signés et numérotés de 1 à 15.

 125 $ (exemplaire signé par l'artiste)

Des castors arrivent et s’installent.

Les arbres tombent, un barrage s’élève, l’eau envahit lentement les lieux.

 

The beavers arrive and move in.

The trees fall, a dam is built, water slowly floods the site.

 

Mont Mégantic, La Patrie, Québec, Canada

COMME UN MURMURE

Normand Rajotte

 

Édition/ Kehrer Verlag Heidelberg Berlin  www.kehrerverlag.com

Texte Alexis Desgagnés

Design graphique  Dominique Mousseau

20,5 x 23,7 cm, couverture rigide

84 pages / 46 photographies couleur

Français / Anglais

40 $ (exemplaire signé par l'artiste)

Depuis plusieurs années, le photographe montréalais Normand Rajotte explore un territoire de quelques kilomètres carrés situé au pied du mont Mégantic, près de La Patrie, un village du sud-est du Québec. Réalisée entre 2004 et 2010, la série Comme un murmure rend compte de la relation intime que l’artiste a noué, au fil du temps, avec ce territoire forestier. Petit à petit, image après image, Rajotte s’est enraciné dans ces quelques hectares de bois au point de s’y fondre. Contemplant l’avancée de la végétation ou les traces de l’activité animale, Rajotte photographie la métamorphose incessante de « sa » forêt. Comme un murmure témoigne du sentiment puissant qui unit l’homme et l’animal, lorsque le premier rejoint le second  dans l’expérience de l’immersion au plus près de la nature.

 

Alexis Desgagnés

MARCHER SA TRACE

Normand Rajotte

 

Éditions Les 400 Coups (Montréal)

Texte Jennifer Couelle

Design graphique Jean LaChance

21 x 26 cm, couverture souple

119 pages / 76 photographies, 33 en noir et blanc, 43 en couleur

40$ (exemplaire signé par l'artiste)

Le mystère. Il plane dans les images de Normand Rajotte. En silence, à peine visible, comme une énigme qui souhaite le demeurer. Et dans les natures de ce photographe, il est préservé. Ne se laissant jamais plus que deviner. Ce photographe ne capte pas tant des paysages que du pays. Ce qu’il saisit sur pellicule sont des «petites» natures, des terres a priori très ordinaires. Des sites qui se sont progressivement affirmés comme des «anti-paysages», comme des fragments de nature dégagés de la conception convenue d’une esthétique du paysage. Tantôt en noir et blanc tantôt en couleur, les photographies de Normand Rajotte nous plongent au cœur de la matière qui survit au temps, qui le défie, qui en porte cependant les stigmates. Devant ses œuvres, nous ne savons pas toujours ce que nous regardons, mais nous sentons à coup sûr ce que nous voyons. Bien que baignées de mystère, ces photographies ne sont pas farouches; elles se laissent au contraire volontiers approcher. Elles donnent l’impression de simplement constater. L’irréfutable. Que la nature est l’hôte ultime de nos existences.

 

Texte-résumé de Jennifer Couelle

TRANSCANADIENNE SORTIE 109

Jean Lauzon - Normand Rajotte

 

Les éditions OVO(Montréal), 1978

Texte d'Yves Proulx, sociologue

25 x 21.5 cm, couverture souple

108 pages / photographies noir et blanc

45 $ (exemplaire signé par l'artiste)

Transcanadienne sortie 109 est un essai photographique portant sur une ville industrielle de taille moyenne au Québec.

Cette série a été réalisée à Drummondville en 1977 par un collectif formé de Jean Lauzon, Normand Rajotte et Pierre Rondeau. Le but en étant de faire un portrait de sa population dans leur quotidien en mettant l’accent sur ses travailleurs alors en bonne partie à l’emploi de multinationales du textile. Le livre paraît en 1978 aux Éditions OVO (Montréal). C’est l’un des rares projets de photographies documentaires à faire l’objet d’une publication à l’époque.

Un nombre réduit d’exemplaires sont encore disponibles.