GAGNON-FOREST

(English follows)

Une archive imparfaite

En tant que duo, nous élaborons des inventaires visuels de bâtiments et d’ensembles architecturaux. Nous exposons les transformations qui s’opèrent dans la ville pour les donner à voir par le biais de diverses techniques liées à l’image photo-graphique et à l’art imprimé. Au centre de nos recherches se trouvent des lieux convoités, risquant d’être dépouillés de leur usage, d’être transformés ou démolis. Considérés dans leur ensemble, ces sites forment eux-mêmes un territoire au sein de la ville, fragilisés par la pression immobilière. 

Dans Une archive imparfaite, nous mettons en scène le patrimoine bâti montréalais menacé ou oublié en juxtaposant photographie et photogrammétrie, une technique de modélisation 3D, ici utilisée comme une extension du médium photographique. Bâtiments historiques, vestiges, infrastructures emblématiques : les « œuvres-archives » de cette série rendent autant compte des sites choisis qu’elles en évoquent la disparition ou l’effritement par la facture granuleuse que génère la photogrammétrie. Le titre de la série fait référence à ce contraste entre choix esthétiques et visée documentaire.

À l’instar de nos précédents projets, la recherche d’archives et le travail de cueillette effectué sur le terrain ont ici orienté la sélection des sites photographiés. Découper, recadrer, accentuer motifs et textures à partir de nuages de points ont ensuite été autant d’étapes qui nous ont permis de réinterpréter les fragments du réel capté.

Ce nouvel inventaire révèle également un réseau adjacent au patrimoine bâti, les multiples interstices qui y apparaissent entre les immeubles : friches, lots vacants, lieux de passage. Dans cet « écosystème », le bâtiment patrimonial se pose parfois comme une barrière contre la destruction de ces espaces ouverts et communs qui tendent à disparaître avec leurs possibilités, lorsque l’on construit jusqu’à saturation de la trame urbaine.

Démarche artistique

Le duo Gagnon-Forest crée différentes décli-naisons visuelles à partir des problématiques liées à l’espace en alliant la photographie, la modélisation 3d, l’art imprimé et l’installation. Ils s’intéressent particulièrement à l’imaginaire collectif entourant l’architecture et les espaces vacants. La recherche sur le terrain, la recher-che d’archives visuelles ainsi qu’une approche sociologique autant que formelle sont partie intégrante de la démarche créative du duo.

 

Biographie

Mathilde Forest et Mathieu Gagnon collaborent ensemble depuis 2014. Leurs œuvres récentes ont été diffusées principalement au Québec, notamment aux Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie en 2018, ainsi qu’au Japon et aux États-Unis. Ils ont été boursiers du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et ont effectué une résidence de création financé par celui-ci à New York en 2018. Les deux artistes résident et travaillent à Montréal.

***

An Imperfect Archive

Working together, we create visual documentation of buildings and other architectural artifacts. We study the transformations at work in the built environment of the city, and observe them from the perspectives afforded by photography and printmaking. Our practice centres on places that are at risk of being lost, to either development or demolition. These sites embody a territory within the city threatened by the encroachment of real estate markets. 

In An Imperfect Archive, we portray Montreal’s endangered or forgotten architectural heritage by juxtaposing photography and photogrammetry, a 3D modeling technique used here as an extension of the photographic medium. Showing historical buildings, their remains, and the infrastructure around them, these “archives-works” document the selected sites while simultaneously evoking their disappearance or decay through the grainy appearance of images generated with photogrammetry. The title of the series refers to this contrast between aesthetic choices and documentary objectives. 

As with our previous projects, archival research and fieldwork have informed the selection of the documented sites. Cutting, reframing, and accentuating patterns and textures from within the point clouds generated by the 3D scans provide multiple ways to reinterpret the recorded traces of the real.

This new documentation also reveals a network adjacent to this architectural heritage, in the many spaces found between buildings: wastelands, vacant lots, alleyways. In this ”ecosystem”, a heritage building often acts as a defence against the destruction of these open and public spaces and the possibilities they represent, all of which tend to disappear when the urban fabric is developed to the point of saturation.

Artist statement

Gagnon and Forest are a duo creating visual variations from the issues related to the built space by combining photography, 3D modeling, print media, and installation. Their most recent projects focus on the collective imaginaries surrounding architecture and vacant urban spaces. Field research, archival research, and a participative sociology inspired approach as much as aesthetical one are important parts of their creative process.

Biography

Working together since 2014, Mathilde Forest et Mathieu Gagnon have shown their projects in Quebec at the Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie 2018 as well as in the United States and in Japan. They are grantees from the Quebec arts council and completed a juried residency project in New York in 2018. The artists work and live in Montreal, Canada.

 

Territoires II - Une archive imparfaite, 2019